Nous avons pu tester la phrase mnémotechnique de Sabrina^^ dès le lendemain de notre arrivée : au réveil, je dis à Loïc « tiens ! mes cheveux sont électriques, comme quand il neige, c’est drôle ! ». Effectivement, des petits flocons blancs tombent ce matin-là sur UB (prononcé « You-Bee », ça fait « in » pour les locaux…). A grand renfort de sous-pulls mérinos et de polaires, nous voilà donc dans le bain : la Mongolie, c’est parti !!

       Le Khongor Guesthouse est donc notre « chez nous » depuis mardi. La chambre (16$ la double négociée 14 soit 11€) est certes un peu étriquée mais c’est agréable car on s’y sent comme chez soi ; une sorte de grand appart à la fois « familial » et « international »  car on y croise pas mal de backpackers de passage dans le coin. Les sdb et la cuisine sont communes, c’est donc sympa pour converser et s’échanger des infos autour d’un petit thé. Certainement la meilleure Guesthouse du coin à en croire les guides et forums. Pratique, elle se situe en centre ville, près du fameux « Department Store » (=genre de grandes galeries Lafayettes).

 

      Le mardi, jour de notre arrivée à UB, après avoir sauté sur les ordi (plus de firewall chinois whaouuuu !) nous avons cherché à booker notre « trip » dans les terres mongoles. C’est un pays réputé pour son immensité 1 565 00 km2 (soit  environ 3 fois la France) pour un peu plus de 2 500 000 habitants (sa densité est l’une des plus faible au monde avec à peine plus d’un habitant au km2 !) les routes y sont difficiles (ce qui explique qu’il y est autant de 4X4 à UB…), et les nomades ne parlent pas anglais ! Alors on peut tenter de s’y aventurer par « soi-même » mais il faut être prêt à galérer un peu et surtout en avoir le temps ! Du coup il est possible de trouver des formules de « location » de fourgon russe et chauffeur ou, des formules « all included » avec fourgon, chauffeur, nourriture et guide (qui assure aussi la prépa des repas), les nuits en Ger (=yourte) et les activités (balade à cheval, chameau, etc…). Nous avons choisis cette dernière avec Khongor (après avoir comparé avec une proposition du Golden Gobi, l’autre guesthouse de référence pour ce genre de presta) car nous avions la possibilité de nous joindre à un groupe de 4 autres personnes et de ce fait, avoir le trip pour moins cher : 50$/jour/pers soit 39€/pers/jour tout compris.

Nous partons donc demain matin (vendredi) pour un trip de 8 jours dans l’ouest-centre de la Mongolie. Nous rentrerons sur UB le vendredi 5 octobre. Il nous restera alors une semaine encore pour improviser sur la suite de notre aventure mongole…

 

        2 jours suffisent pour faire le tour d’UB !

   Ce n’est pas spécialement beau, ni spécialement grand, et il n’y a rien de bien spécial à faire !

Comme il neigeait le mercredi nous en avons donc profité pour … ne rien faire ! Petite matinée « geekage à l’appart » et un petit tour l’après-midi sur la fameuse place Sukhabaatar (où trône en son centre la statue de Damdin Sukhabataar- le héros révolutionnaire de l’indépendance à la chine en 1937-  et où se trouve le Parlement devant lequel on peut y voir Gengis Khan, le guerrier qui a étendue l’empire mongole sur le continent asiatique ; personnage très présent dans le quotidien mongol : billets, vodka, magasins…).

Motivés par un grand ciel bleu et un beau soleil le jeudi matin, nous sommes parti faire le Black Market (100T l’entrée) où j’ai pu me dénicher une jolie petite écharpe pas cher et bien chaude !! En revanche, nous ne réussirons pas à trouver des bonnets à un prix intéressant (au regret de les avoir enlever du sac avant de partir... si le Pérou est le pays du bonnet, ce n'est pas le cas de la Mongolie...). Puis l’après-midi, nous sommes allés au monastère Gandan Khiid, le plus grand de la capitale qui abrite un boudha géant de 26 mètres de haut (avec un prix spécial tourist : 5 $ pour prendre une photo…). Nous aurions enchaîné avec le musée d’Histoire Naturelle si celui-ci ne fermait pas à 16h30…

 

    Côté « miam » à UB, c’est comme le reste : c’est pas spécialement bon ! Au menu du… mouton ! Mouton grillé, mouton bouilli en soupe ou « mouton goulash »… en tous cas, le mouton c’est leur truc ! On peut également le trouver farci dans les « dumpings » ou dans les « kuushuurs ». Reste le Tsuivan, plat typique qui est un mélange de viande, carottes et grosses spaghettis, ou le "steamed bread" sorte de petit pain blanc à l’aspect vraiment particulier. En mangeant dans des restos choisis « au gré de nos envies », nous nous en tirons pour 5€ pour deux en moyenne.

    En bref nous sommes peu enchantés par UB mais nous nous y sommes bien reposés et nous y sentons bien. Nous verrons comment nous apprécierons notre petit trip à travers les terres. Déjà nous pouvons pressentir cet effet contradictoire : tradition/nomadisme vs urbanisation/sédentarisation. Les habitants de la capitale subissent une véritable métamorphose : l’ouverture à une économie globalisée, les nouvelles technologies et leur diffusion massive d’infos et de cultures du monde entier, influencent le mode de vie des mongols. C’est une ville qui semble irrévocablement tournée vers le monde moderne et qui ingurgitent tout : de la mode vestimentaire à l’immobilier (les immeubles et quartiers de riches poussent partout comme des champignons) nous sommes déjà loin de la Yourte nature ou Yourte aux fruits (haha !). Certes en dehors du centre ville et des rues principales, c’est encore le chaos (seulement 2800 km de routes goudronnées !) ce qui en fait une ville impraticable à pieds en temps de pluie (pas de système d’évacuation d’eau ; ah c’est pour ça qu’ils se trimballent avec des bottes en caoutchouc ?!) mais il est clair que ça se développe et que ça va très vite !

 

Le saviez-vous ?

      Pour combattre l’alcoolisme, le gouvernement mongol a décrété que le 1er jour de chaque mois serait une journée sans alcool…

 

Notre petit conseil :

      Les mongols sont fous au volant : pour traverser une rue, collez-vous à des piétons autochtones :)

 

Proverbe mongol du 28 septembre :

     « Le sage parle des idées, l’intelligent des faits, le vulgaire de ce qu’il mange » et ceux qui parlent de tout ?!

 

 J.