Après le centre de l’île, ses montagnes et ses champs de thé verdoyants, nous avons filé vers la côte sud pour y découvrir les plages Sri Lankaises réputées magnifiques et turquoises.

Bien que cela soit très agréable de se trouver les pieds dans le sable au bord de l’eau pendant que la France est dans le froid et la neige, on a quand même pas spécialement « kiffé ». A l’approche de la période des vacances de Noël, les prix sont devenus du jour au lendemain complètement prohibitifs en bord de mer. Prévoyant l’arrivée massive des touristes occidentaux en fuite de l’hiver, les hébergements ont pratiquement doublé leur prix. Dormir à moins de 10€ la nuit est devenu un vrai parcours du combattant voir presque impossible. Ils sont pas fous ! Une fois encore, comment leur reprocher ? Chacun tente de tirer son épingle du jeu face au système : nous en tentant de voyager moins cher et eux en cherchant à profiter de notre pouvoir d’achat bien plus important que le leur, faut bien l’avouer… Mais là encore la déception face au manque d’authenticité était au rendez-vous. Les Sri Lankais de la côte sud ont un côté « charognard » et on cherche désespérément parmi eux quelques perles rares au sourire sincère. Et qu’est-ce qu’on est heureux quand ça arrive !...

Comme pour surenchérir, du moment où nous nous sommes trouvés sur la côte, la météo n’est plus devenu très favorable. Au programme : de la pluie, de la pluie, de la pluie. Ce n’est pourtant pas du tout la saison des pluies en cette période de l’année et les locaux semblaient autant surpris et désarmés que nous. En tous les cas, tout le monde était raccord sur la même boutade : « c’est parce que c’est bientôt la fin du monde » haha… voilà quelque chose d’internationalement drôle. L’apocalypse est universelle ! Blanc, noir, jaune, gris, marron, on est tous les mêmes angoissés face à notre finitude !...

 

  Notre parcours, après les montagnes, partait grosso modo du sud de l’île pour en remonter le quart sud-ouest en longeant la côte :

- d’abord Tangalle (prononcé Tangôôl…) marqué par notre rencontre avec des hôtes adorables ! Logés à la Gem’s Garden, au bord de l’océan, on a été chouchouté et choyé par une adorable famille, simple, humble et sincère. Juan, le jeune homme de la famille, n’avait de cesse de répéter « we are normal people » (nous sommes des gens normaux), et a pris le temps de nous parler de lui, de son pays, sa société, l’épreuve du tsunami, ses difficultés… en nous posant à son tour avec son frère et sa sœur Manel, tout un tas de questions sur notre propre vie et nos conditions de vie. Un véritable échange. On s’est sentis immergé dans la famille l’espace de quelques jours et on en garde un excellent souvenir même si la plage en elle-même ne nous a pas envoyé du rêve ! Elle est certes déserte et bordée de palmiers mais il est dur de rivaliser avec nos magnifiques plages vendéennes ! haha. Pas trop de baignade donc à Tangalle (un peu dangereuse….) mais des parties de carrum et une sympathique balade en pirogue-catamaran dans la mangrove. Un moment de quiétude où nous avons pu observer pleins d’oiseux différents, notamment leur « migration » à la nuit tombante, vers une petite île qui constitue pour eux une sorte de « dortoir ». Plutôt impressionnant d’y voir cet afflux d’oiseaux bruyants venus se faire une petite place pour la nuit au coin d’une branche !

- ensuite Mirissa, où nous sommes seulement « passés », la pluie nous empêchant de profiter pleinement de la plage. On y a notamment rencontré Adrien, pharmacien suisse, avec lequel on a passé une charmante soirée pluvieuse à se relater des anecdotes de voyage et auquel on adresse un petit coucou ! Pour le délire, et pour égayer nos journées de pluie, on s’est amusé à quelques petites parodies (on a pas peur du ridicule, non, non !) : 

« Mirissa, métisse d’Sri Lanka

Est une plage qu’on a vu

Dites jamais qu’on vous a dit ça

Ou Mirissa n’est plus...

Mirissa, métisse d’Sri Lanka

Vit toujours des tortues

Dites jamais qu’on vous a dit ça

Ou Mirissa n’est plus... » lalala

 

- mais la fièvre de la parodie nous prenant alors, on cartonne ensuite sue notre prochaine étape, la plage d’Unawatuna :

 « A Unawatuna,

Mais quelle plage magnifique

A Unawatuna,

Quel lieu touristique !

 

Ces mots signifient

Que tu payeras ici,

Sans aucun souci,

C’est leur philosophie

 

A Unawatuna

 

Cette très jolie plage est cher

C’était jolie mais très cher

 

Beau transat

Merci !

 

Un jour, quelle ferveur

Ils comprirent que les payeurs

Au lieu de sentir la peur

Attiraient le bonheur.

 

Mais y'a dans tout touriste

Un billet qui sommeille.

 

Quel martyr

Quand la pluie

Veut plus partir!

 

Quelle grâce coloniale (artiste dans l’âme)

Dans le fort de Galle (Oh ! Ça pue le bobo)

Protégée de la tempête (Pitié, arrête!)

A chaque fois que ça ...

Non Pumbaa, pas devant les enfants!

Oh! Pardon!

 

A Unawatuna,

Mais quelle plage magnifique

A Unawatuna,

Quel lieu touristique !

 

Ces mots signifient

Que tu payeras ici,

Ouais, chante petit!

 

Sans aucun souci

C’est leur philosophie

A Unawatuna !

 

A Unawatuna

A Unawatuna

A Uuuuuuuunawatunaaaa

 

- Puis on a osé :

« C'est un endroit qui ressemble à la Louisiane


A l'Italie


Il y a d’la pluie étendue sur tout l’rivage


C'est pas joli

On dirait le Sud


Le temps dure longtemps

Et la vie sûrement

Plus d'un million d'années

Et pas vraiment l’été !... »

 

Bon on arrête là nos singeries mélodiques !

 

Pour finir notre séjour, nous avons ensuite rejoins Negombo, au nord de Colombo, situé non loin de l’aéroport. On a quand même pris une journée d’expédition dans la capitale à l’assaut d’articles Desigual à la « House of Fashion » (merci Pascale et Jean-Ci pour le tuyaux !). Opération réussie avec succès avec 5 articles Desigual dénichés pour moins de 30€ ! Mwouaaaaa victoiiiiiire ! Et une agréable dernière soirée Sri Lankaise à la Dephani GH où l’on a eu le plaisirs d’y retrouver Marine et Freddy précédemment rencontrés à Kandy. Autour d’un dernier Rice and Curry et d’échanges d’anecdotes de voyage, nous apprécions nos derniers moments Sri Lankais avant de s’envoler le lendemain pour notre prochaine étape : l’Inde ! Un peu d’appréhension et d’excitation car, pour sur, ce nouveau pays ne nous laissera pas indifférents !

 

photo couleurs