À moins de posséder son propre véhicule, une bonne carte, un GPS et une grosse réserve d’essence, la seule manière de visiter le Sud Lipez et le Salar d’Uyuni est de prendre part à un tour organisé en 4X4. En effet, cette région désertique de 22000 km2, située entre 3500 et 4000 m d’altitude, est quasi inhabitée (0,23 hab/km2) et dépourvue de route.

C’est pourquoi nous avons choisi de partir de Tupiza avec l’agence Grano De Oro pour 4 jours de trip avec Wilbert, le chauffeur-guide, et Hector, le cuisto. Nous sommes quartes avec Camille et Julien, nos compères français, en trip de trois mois en Amérique du Sud.

P1170644

Le paysage de notre premier jour est composé de steppes désertiques érodées de quebradas. De vastes étendus qui comptent de superbes lagunes riches en minéraux et nommés d’après leurs couleurs. Un petit passage par le village de San Pablo de Lipez et nous dormons ce premier soir à Kolpani à 4250 m d’altitude.

P1170504

P1170580

P1170536

P1170614

Le deuxième jour nous nous dirigeons vers le sud parsemé de vieux volcans tel que l’Uturuncu (6008m) qui possède la voie carrossable la plus haute du monde (la mine de souffre est perchée à 5900m entre les deux cônes du volcan…), ainsi que le Licanbur (5960m) à cheval sur la frontière chilienne. Ce sera également l’occasion pour nous de nous baigner dans les eaux thermales à 30°C du Cerro Polques et de découvrir les énormes Rocas De Dali qui semblent avoir été disposés par le maître du surréalisme lui-même. La journée se finira en beauté avec les champs de geysers aux marres de boue bouillonnante et fumerolles nauséabonds (souffre = œuf pourri), et avec un magnifique soleil couchant sur la Laguna Colorada (4278m), peuplée de flamands et qui doit sa couleur rouge aux algues et planctons qui prospèrent dans l’eau riche en minéraux. Ce sera une autre nuit en altitude, perché à Huayllajara à 4300m. Le froid (-18°C) est davantage un problème car il ne nous faudra pas moins de 2 sacs de couchage, 3 couvertures, bonnets, collants, gants, pulls et drap de soie pour dormir convenablement sans se transformer en glaçon sur pattes ! 

P1170625

P1170640

P1170660

P1170667

P1170681

P1170697

P1170709

P1170757

P1170786

Le troisième jour nous remontons vers le nord et descendons en altitude. Nous passons par le désert de Siloli avec son emblématique Arbol De Piedra, puis par cinq lagunes peuplés de flamands ; enfin nous déjeunons dans la lave pétrifiée du volcan Ollague. Le soir, nous aurons le plaisir d’être logé dans un hôtel de sel où une douche (payante), du vin et du pisco réchaufferont nos corps glacés et ankylosés par les kilomètres en jeep. 

P1170801

P1170836

P1170857

P1170864

P1170874

Notre dernier jour sera celui de « l’apothéose » avec un magnifique lever de soleil en plein milieu du Salar de Uyuni, la plus vaste réserve de sel au monde qui s’étend sur 1 210 600 km2 à 3653m d’altitude. D’une incomparable beauté, le Salar s’étend à l’infini et nous permet de jouer avec les perspectives. Ce sera ensuite petit-dej et « photo-party » sur la spectaculaire Isla Incahuasi –également connue comme la Isla Del Pescado- couverte de cactus géants et trônant au milieu d’une mer plane et blanche aux plaques de sel hexagonales. Nous finirons notre trip par les piles de sel du village de Colchani et par un dernier déjeuner de quinoa !!!

P1170947

P1170953

P1170958

P1170965

P1180038

P1180068

P1180072

P1180089

P1180094

P1180100

QUE DU BONHEUR !!!

P6021219

Et toujours plus de photos dans l'album !!!...

 

Notre séjour en Bolivie se terminera donc ainsi, à Uyuni. La ville n’est pas franchement sympathique malheureusement alors nous décidons de filer le soir même pour San Pedro De Atacama au Chili. Un calvaire s’annonce alors : départ 4h du matin pour Calama, -10°C, pas de chauffage dans le bus avec l’intérieur des vitres gelées, 10h de trajet, un passage de frontière long, lent, chiant… puis un autre bus de Calama à San Pedro. 17h nous sommes au Chili, exténués. Une perspective de repos et de geekage s’annonce alors dans ce charmant petit village touristiquo-bobo-paisible… de quoi se remettre sur pieds avant un trajet de 24h en bus jusqu’à Santiago^^

 

Et la petite vidéo...