"Certes, un rêve de beignet, c’est un rêve, pas un beignet. 

Mais un rêve de voyage, c’est déjà un voyage." Marek Halter

  

     Contrairement aux Anglophones, prendre une année sabbatique pour faire un long voyage n’est pas très courant en France. Alors on entend l’entourage dire « t’as de la chance » ou « t’as du courage » ! ça donne envie de citer Weber : 

« Il est des moments où les rêves les plus fous semblent réalisables à condition d’oser les tenter ».

Il n’y a pas de chance mais plutôt de l’audace, de la détermination, de la persévérance ! Le vrai courage consiste surtout à tout quitter pendant une longue période. Sans oublier la peur de l’inconnu, l’exposition aux risques…  Il faut savoir qu’un long voyage n’est pas de tout repos. Il faut être prêt à ne pas avoir de confort personnel pendant longtemps, à changer de lit tous les 2 jours, à se déplacer dans des bus inconfortables à toute allure et dans les montagnes avec le karaoké à fond, à manger des plats qui désinfectent le gosier, à se laver dans des endroits plus sales que soi et à garder les mêmes affaires pendant 1 semaine… Mais en même temps : pas d’horaires, de train à prendre, de stress de boulot, de journal de 20h déprimant. Que des paysages spectaculaires, des histoires à apprendre et des rencontres, des tas de rencontres…

Chacun peut avoir sa propre problématique, ses raisons personnelles qui poussent à « partir ». 

Notre choix est aussi l’addition d’un tas d’évènements et de choix passés… mais, ce qui nous anime profondément est l’envie d’être main dans la main pendant un an et de regarder « dans la même direction » ; partager une expérience riche et inoubliable ensemble, à deux.

 

P1020388