Nos premiers pas tourdumondistes sur le sol chinois… avec non pas 1€ par jour et par personne mais 20 ! Budget dépassé comme on s’en doutait un peu… mais espérons que la balance s’équilibrera réellement dans les pays moins chers !  

 Les joies du firewall chinois ! Pas moyen de se connecter sur facebook et sur notre blog pour donner de nos news plus tôt. Heureusement on a pu rassurer les familles par mails. Un peu frustrant tout de même de ne pas avoir pu partager certaines choses « dès le départ », mais voilà enfin le premier « billet » de notre tdm :)

 

L’avion, c’était long ?

Londres-Pékin sans escale : 9h30 de vol, deux repas, deux films et pas de sommeil.

Moyennant une réservation de 4 nuits à notre auberge, celui-ci proposait de venir nous chercher gratuitement à l’aéroport.  Bien agréable de voir nos deux noms sur un petit bout de papier à la sortie et de se laisser transporter sans trop réfléchir (et en semi-coma !).

 

Notre première sensation ?

À Pékin on se sent bien ! 

Certes les chinois sont très nombreux et il faut savoir éviter les incalculables vélos klaxonnants lorsque l’on se balade dans les rues, cependant Pékin nous est apparut comme une ville plutôt zen. C’est agréable d’y déambuler tranquillement, les pékinois ne sont pas spécialement aimables mais ont l’avantage de ne pas être pénible. La plupart ne prête même pas attention à notre passage (en pays 16/9ème, le touriste blanc est vite repéré avec son sac à dos… en revanche côté appareil photo, les chinois, même sur leur terre, nous détrônent haut la main !) sauf lorsqu’on leur adresse un sourire auquel ils sont très réceptifs.

Pékin est aussi une ville paradoxale, certainement à l’image de la chine. Un patchwork de modernisme aseptisé, et de vieilles rues grouillantes, odorantes, désorganisées. Sans oublier la petite touche « soviétique »…

 

C’est quoi leur monnaie ?

Le Yuan (qui se dit « Kuaye »). Nous avons retiré 300 € euros à l’aéroport pour 2300 Y (frais de change, com, etc…) Le cours actuel est à 1 € = 8,3 Y env (1€ = 10 Y il y a deux ans env… rrmm on prend cher !)

 

Et le dodo ?

Extrêmement bien situés, en plein cœur de « hutong » (= vieux quartier) nous étions les 4 premières nuits au « Downtown Backpackers Accomodation » dans la célèbre et sympathique rue « Nanluogu Xang » (métro Beixinqiao à 20 min à pieds ; 756 Y -soit 91 €- pour une chambre double sans fenêtre avec sdb, petit-dèj compris) rue qu’il faut éviter un samedi soir… ; puis le dernier soir au « Candy Inn » près du Temple des Lamas dans Beixin Hutong (220 Y -soit 25 € env-  la chambre double avec sdb) plus charmant et typique que le premier (certes pas de petit dèj inclus mais… des sèches-cheveux en libre service! XD)

 

Qu’a-t-on fait à Pékin ?

J1 : Promenade dans le quartier des Tours de la Cloche et du Tambour - Lac Behai – La rue des « Fantômes » (ou plutôt la rue « aux 1000 lanternes rouges…)

J2 : La Cité Interdite (160 Y avec 1 audioguide soit 20 € pour 2) – Un « foot massage » pour Jess (78 Y soit 9,50 €) première fois de sa vie où l’on souhaite que le massage finisse au plus vite ! Qu’une chose à dire : aïe ! alors que c’était justement pour un mal de pieds… vdm !

J3 : La Grande Muraille ! Pas le trop célèbre tronçon de Badaling mais le parcours Jinshanling - Simatai certes plus loin (3h de route), plus sportif (6 km de marche sur la muraille), mais bien plus magique ! Excursion prise avec notre auberge BDBA (280 Y soit 34 euros par personne).

J4 : Le Palais d’Eté (60 Y pour la total (astuce : ne prendre que celle à 30 Y puis ne payer que l’entrée du « Palais des Nuages Ordonnés » -ou « Pavillon des Fragments Boudhiques »)) – Un pestak d’acrobaties (réservé à notre auberge, 170 Y par personne soit 20,50 €)

J5 : Location d’un vélo pour faire : la Colline de Charbon (2 Y /pers) ; le Centre des Art du Spectacles ; la place Tian’anmen et le Temple des Lamas (25 Y /pers) – L’« excursion » dans le sud de Pékin pour trouver la salle d’escalade.

J6 et J7 : périple en bus et train de nuit pour traverser la frontière Chine-Mongolie jusqu'à Oulan-Bator...

 

On s’y déplace facilement ?

En métro c’est easy et pas cher ! Très simple, très propre, très carré et à 2 Y le trajet (soit environ 0,50 € en prenant autant de correspondances que nécessaire). A pieds, c’est grand ! (trois journées de 11km chacune à notre actif, juste en visites et promenades…) Même avec de très bonnes chaussures, les pieds font vite souffrir. Reste les « rischkaw » » et la loc de vélos. Nous n’avons pas utilisé le taxi ; très peu le bus. En tous les cas, il faut prendre le réflexe d’écrire les destinations en Chinois ! Au fin fond de Pékin, l’anglais pour les Pékinois c’est comme le chinois pour nous… allez donc demander où se trouve la salle d’escalade sans l’avoir écrit au préalable : un sketch !

 

Miam-miam ?

Et bien pas trop non… nous n’avons pas été très téméraires de ce côté là… Nos estomacs ayant mis quelques jours à se remettre du « jet-lag », nous avions peu d’appétit. Nous avons tenté un plat de mouton très « goûtu » et quelques petits plats bons marchés type poulet-sauce sucrée, nouilles et riz agrémentés… mais nos petits coûts de cœur sont plutôt « street food » dans la rue où nous logions : big up donc aux brochettes de porcs et de poulet ainsi qu’au célèbre yaourt mongol situé au 49 de « notre » rue (adresse à ne pas louper!) NB : Evidemment Loïc ne pouvait par passer par Pékin sans aller voir Ronald en 16/9ème

 

Côté stéréotypes…

Les chiens sont aussi leurs animaux de compagnie (surtout les petits roquets), tout comme les chats, et pas tant de crachas ! Quelques-uns par ci par là qui raclent bruyamment leur gosier mais rien qui ne soient si désagréables ou si choquants (peut-être l’effet JO?...). Mais en tout cas des vélos, beaucoup de vélos, oui !

 

Ce que l’on a préféré ?

Jess : la Colline de Charbon ! Une vue imprenable sur Pékin et la Cité Interdite et une ambiance très détendue, conviviale et récréative où les Pékinois viennent pratiquer toutes sortes de jeux et activités. La « Zumba Pékinoise », c’est magique !!

Loïc : la Grande Muraille !

 

Premiers constats matériels.

Des mois pour bosser sur l’équipement et… pas de cotons tiges ! Ce petit détail nous a fait rire ! Non, globalement nous sommes très satisfaits ! (mis à part un petit oubli pharmacie et un sur-sac un peu défectueux…) A la vue de certains sacs sur le dos d’autres voyageurs, on s’en tire plutôt bien. On a trotté avec dans Londres : c’est un peu lourd oui, mais comme dit Loïc c’est « pas pire ». Nous verrons dans les semaines à venir.

 

Un petit coup de blues ?

Pour l’instant pas « suffisamment » pour regarder la petite vidéo de secours familiale (Loïc veille au grain !). Cependant nous allons avoir besoin d’un temps d’adaptation à notre nouvelle vie de nomades. Pékin reste encore assez « confortable » et il n’y a pas encore eu de réelles difficultés. « Carpe diem » donc ! (et une pensée toute spéciale aux deux lettres qui manquent aux nuits de Jess…)

 

J.